Derniers commentaires

...

24/11/2018 @ 10:43:41
par VIGIE


...

05/11/2018 @ 08:50:43
par VIGIE


Monsieur Rollat Veuillez agréer mes excuses pour ...

20/07/2018 @ 11:57:51
par arnoud


Son \"TOUR\" ...

12/04/2018 @ 07:43:22
par VIGIE


...

01/01/2018 @ 18:32:21
par VIGIE


Calendrier

Avril 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
 << <Déc 2018> >>
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30      

Annonce

Qui est en ligne?

Membre: 0
Visiteurs: 2

rss Syndication

Liens

    Affichage des articles postés en: Avril 2018

    Christian Rollat approuve pleinement le poème de son ami Eric Viot concernant les fusillés pour l'Exemple

    Et je pense que tu as été très gentil vis à vis d'un jeune président qui n'a aucun ressenti ni reconnaissance pour ceux de la Grande Guerre... Trop c'est trop, il ne faut pas qu'il prenne  les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages ...  A part la guerre des boutons où il a du jouer le rôle de P'tit gibus je pense que ses pensées s'arrêtent ici. Les députés actuels me font penser eux aux parlementaires de  1792 qui ont avalé toutes les couleuvres pour se faire bien voir et qui dès le début de  1793 ont commencé à remplir les charrettes à Samson.  Ils l'ont bien cherché et Macron les passera à la SAINTE -GUILLOTINE LE MOMENT VENU chacun à leur pour service rendu au prince. Qu'ils ne comptent pas alors sur les sans-culottes pour les sauver de la prison...

    Monsieur le président,

    Vous êtes en train de commémorer
    Les massacres du siècle dernier
    Les ouvriers envoyés par milliers
    Mourir au fond des tranchées.

    Ils n’étaient pas militaires
    Les paysans arrachés à leurs terres
    Les enfants arrachés à leurs mères
    Par la mitraille de vos compères.

    Des gosses d’à peine plus de vingt ans
    Sacrifiés pendant ces quatre ans
    Abandonnés de nos gouvernants 
    Au nom du capital d’antan.

    Mais vous refusez de réhabiliter
    Ces martyrs du siècle dernier
    Ceux qui n’étaient qu’une poignée
    Que des généraux ont fait fusiller.

    Ils n’étaient pas militaires
    Les paysans arrachés à leurs terres
    Les enfants arrachés à leurs mères
    Par la mitraille de leurs frères.

    Des gosses d’à peine plus de vingt ans
    Qui faiblirent l’espace d’un instant
    Et furent exécutés rapidement
    Au nom d’une justice d’antan.

    Monsieur le président,

    Vous êtes en train de commémorer
    Les massacres du siècle dernier
    Alors n’oubliez pas ces fusillés
    Qui ne sont pas morts au fond des tranchées.

    Eric Viot

    10 Avr 2018
    Admin · 846 vues · 1 commentaire